Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 10:40

Il y a cinq ans, le journaliste Fred Hidalgo (créateur du magazine Paroles et Musique, puis de la revue Chorus disparue en 2009) publiait Jacques Brel – L’aventure commence à l’aurore (ici), sur les dernières années du chanteur, aux Marquises. Pour les quarante ans de sa mort, une édition revue et augmentée est sortie en septembre sous un nouveau titre : Le voyage au bout de la vie. De son côté, Anne Sylvestre fait carrément coup double : la parution en deux CD de la captation de son spectacle Gémeaux croisés de 1988 avec Pauline Julien et l’édition « collector » de son livre de 2014 Coquelicot et autres mots que j’aime (), textes inédits en prime.

 

 

Entre Prologue et Épilogue, la nouvelle version de l’ouvrage très documenté de Fred Hidalgo compte désormais quatre-vingt pages de plus, un cahier-photo enrichi et 28 chapitres au lieu de 23. Deux d'entre eux sont véritablement nouveaux et précisent l’impact de chansons comme Ballade à Sylvie de Leny Escudero (qui  incompréhension totale à la clé, provoqua la colère voire la haine de Brel à son égard) ou la genèse de La Chanson des vieux amants ; les trois autres chapitres ont été scindés en deux, avec ici et là des ajouts et des précisions. Fred Hidalgo a également fait précéder l’ensemble d’un Avertissement de trois pages, dans lequel il précise : « Jacques Brel m’a toujours fasciné. Par ses chansons et sa présence scénique, évidemment, par son charisme, mais aussi et peut-être par sa philosophie. – ce que j’appelle plus loin son “principe d’imprudence”. Jamais pour autant je n’aurais imaginé lui consacrer un livre après tout ce qui avait été publié à son sujet…» C’est pourtant l’impérieux besoin qu’il a ressenti en 2013 après son voyage aux Marquises et l’apport des multiples témoignages de proches du Grand Jacques. Et comme il a continué à « recueillir des confidences, à compiler des documents, à accumuler des anecdotes », il lui est apparu « impossible d’en rester à ce qui s’apparentait chaque fois davantage […] à la première mouture d’un ouvrage encore à naître. » Parole tenue.

 

 

Il y a trente ans, cette fois, le 13 mars 1988 très précisément, Anne Sylvestre et son amie Pauline Julien enregistraient Gémeaux croisées au Théâtre d’Hérouville, près de Caen. Au cours de ce spectacle conçu et finalisé avec Denise Boucher (Québécoise comme Pauline), dans une mise en scène de Viviane Théophilidès et des orchestrations de François Rauber, quarante-trois chansons et textes étaient au programme. Puisant surtout dans le répertoire de l’une et de l’autre, Anne et Pauline s’y exprimaient en solo et en duo, ménageant des respirations à coups de dialogues et monologues empreints d’humour et de poésie. Aujourd’hui, de Rien qu’une fois faire des vagues à Une sorcière comme les autres, on retrouve ainsi L’Enfant qui pleure, Lâchez-moi, Les Blondes, La Faute à Ève ou Comme Higelin côté Sylvestre et La Chanson de Barbara (Bertold Brecht / Kurt Weil), Je voudrais partir (Brigitte Fontaine), Suzanne (Leonard Cohen/Gilbert Langevin) ou Non tu n’as pas de nom (d’Anne, bien sûr) côté Julien. En guise de préface, le double CD reprend un texte du chanteur wallon Julos Beaucarne alors enthousiasmé par les deux chanteuses : « Elles ont le mot chevillé au cœur. Elles ont l’élégance de la langue française dans ses raffinements, ses nuances, ses subtilités. […] Elles ont l’émotion à fleur de leur chair de femme. Elles nous font rire et pleurer, elles nous font gagner du temps, elles nous font cadeau de l’expérience de leurs deux vies en l’espace de trois heures. » Vrai, un cadeau, et intemporel, à saisir avec reconnaissance.

 

 

En 2014, sous l’amicale pression de l’écrivain Philippe Delerm, la même Anne Sylvestre se livrait à un exercice inédit pour elle : l’écriture d’un livre. Dans Le goût des mots, la collection dirigée par Delerm, elle publiait Coquelicot et autres mots que j’aime, entre inventaire personnel et parcours littéraire sensible à travers quatre-vingt-une définitions, de « Coquelicot » à « Mot », via « Escalier », « Édredon », « Alsace » ou « Grenouille ». Le 8 novembre est parue une édition « collector », cartonnée (avec les lettres de COQUELICOT découpées au laser) et enrichie de dix nouveaux textes. Dix nouveaux mots ou expressions, dont « S’enticher », « Trois otaries », « Crédule » (qui commence par « Crédule crédule / entre crédence et pendule / entre silences et scrupules / j’ondule »), « Sous-fifre »… jusqu’à « Amour », pudiquement expéditif au possible. C’est du pur Anne Sylvestre comme on aime, à feuilleter le sourire aux yeux et l’âme vagabonde. CQTC.
 

Notes

Jacques Brel – Le voyage au bout de la vie, Fred Hidalgo, Éditions l’Archipel, 464 pages, 24 €.
Gémeaux croisées, Anne Sylvestre – Pauline Julien, EPM, album 2 CD, 17 €.

Coquelicot et autres mots que j’aime, Anne Sylvestre, Éditions Points, Collector à tirage limité, 224 pages, 11,90 €.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Stephanie DECENEUX 12/01/2019 22:11

après environ 35 ans, je re-découvre anne sylvestre avec plaisir, dans son répertoire pour adultes cette fois ci (j'ai 42 ans)... en fait, j'ai acheté en début de mois son olympia 86, déniché littéralement en passant devant à cultura et en voyant son nom qui m'a rappelé des souvenirs. j'avais aimé la liste des titres, c'était dans mon petit budget (je n'ai que l'aah), je l'ai pris et écouté quelques heures après... coup de coeur total, à se demander où étaient mes oreilles pendant 35 ans pour être passée au travers des ce petits bijoux. je découvre, l'ancien comme le nouveau, et ça me touche, ça me fait rire, ça m'indigne, ça me fait pleurer.... et surtout sa voix m'aide, c'est la première qui arrive à me faire digérer le décès de ma petite cousine que j'adorais, à 23 ans, le mois dernier. la voix d'anne sylvestre me réconforte, elle fait du bien à l'âme et au coeur, quelque soit l'époque... si j'avoue aimer le répertoire de la fin des années 70 j'ai une petite préférence pour les albums les plus récents. la voix y est un peu plus grave mais toujours aussi belle et douce... en plus d'avoir maintenant une douzaine d'albums, vous m'avez donné envie de lire coquelicot (j'ai la réédition), quelle beauté que ce livre. moi qui adore lire et prends tout mon temps pour savourer les mots, j'adore... et bien sûr j'ai acheté votre livre, hélas en occasion. je dis hélas parce qu'il a tendance à se casser au milieu, je crois que j'en commanderais un neuf pour mes 43 ans en mars... j'ai mis ma lecture annuelle de harry potter en pause pour pouvoir vous lire, j'en suis déjà au tiers, j'ai du mal à le lâcher. et j'avoue que parfois ça m'énerve un peu, de voir anne sylvestre être ignorée malgré un talent fou... quel dommage de la réduire à ses fabulettes (que j'adore), à quelques titres anciens ou au fait qu'elle ai coupé ses cheveux... alors que je la trouve superbe avec les cheveux courts, et que son répertoire a évolué, tout comme elle. son "gay marions-nous" est jubilatoire, et son "juste une femme" est tellement pertinent et juste qu'il me prends aux tripes à chaque fois... merci d'avoir écrit une si belle biographie, qui rends si bien hommage à anne sylvestre et à sont talent.

Stephanie DECENEUX 15/01/2019 22:14

voila, je viens de vous envoyer un mail, merci infiniment! :)

Daniel Pantchenko 13/01/2019 17:47

Bonjour,
Quelle superbe lettre ! Des comme cela, j'en recevrais avec plaisir tous les jours, pour moi et bien sûr pour Anne Sylvestre, cette artiste, cette femme qui nous touche tant. Je dois la voir bientôt et si vous en êtes d'accord, j'ai pensé qu'elle serait elle aussi très heureuse de lire votre lettre. Et ça me ferait également très plaisir de vous offrir un exemplaire de mon livre avec une dédicace de nous deux. Si vous êtes d'accord, envoyez-moi un mail (à contact@pantchenko.fr) en m'indiquant votre adresse postale (pour ma part, j'habite à Bordeaux).
Bien à vous et bonne année.
Daniel Pantchenko

Belle 11/01/2019 20:16

Bonjour. C’est la première fois que j’entends parler de ce livre. Je me rends compte qu’il faut absolument que je le lise, car j’aime beaucoup Jacques Brel. Aussi, je connais quelqu’un dans mon entourage à qui ce bouquin plairait certainement.