Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 11:23

Exit sa mise en « ouate » des années 1980. Aujourd’hui, c’est la Loeb, « artiste pluridisciplinaire » selon ses propres mots, qui « ne cesse d’être là où on ne l’attend pas », chanson, théâtre, écriture, mise en scène… désormais en égérie – donc pas triste – de Françoise Sagan. De son côté, après Cabiac sur terre (2011), le Belgegardois Jofroi a livré fin 2018 un nouvel enregistrement plus habité que jamais et poursuit de concert ses pérégrinations scéniques.
 


L’album de la chanteuse-comédienne nous cueille en mélancolique douceur par cette phrase « boomerang » empruntée à sa muse : « On ne sait jamais ce que le passé nous réserve. » Après George Sand, elle lui a inspiré, le spectacle Françoise par Sagan*, il y a déjà trois ans. Ici, en douze séquences puzzlistiques, elle décline sa « petite musique » d’inclassable bourgeoise gravement futile, entre sentiments d’urgence, « belles demeures », « voitures élégantes », « manifestes » passés trop inaperçus et griseries existentielles diverses. Outre la reprise d’une de ses chansons, Sans vous aimer (musique de Michel Magne), créée en 1956 par Juliette Gréco, Caroline Loeb dit Maisons louées et Bonjour New York, deux textes en prose de Sagan, sur touches pianistiques rythmées et dense tension de cuivres/cordes.

 

 

De sa voix de plume, elle interprète nature les neuf autres titres écrits en compagnie d’une flopée d’auteurs ou compositeurs (Pierre Grillet, Benjamin Siksou, Pascal Mary, Thierry Illouz, Wladimir Anselme, Pierre Notte) dont encore l’indispensable Jean-Louis Piérot, qui a réalisé/mixé l’ensemble et arrangé la plupart des chansons avec une solide équipe instrumentale. Le chat, lui, s’appelle Borisse, et de maux en mots, on notera que bien connue au Casino de Deauville, la décoiffante Françoise Sagan délivre l’anagramme Sa frange Casino.

 

 

Jofroi a une âme de paysan mondialiste. Chez lui, la proximité vitale des rapports humains renvoie au voyage planétaire physique et mental. Un peu comme le cavalier d’Atahualpa Yupanqui conjugue inconsciemment l’intimisme et l’universel en traversant la pampa argentine. Dès la pochette de ce douzième opus « pour adultes » (il en a dédié neuf aux enfants), il note : « Le monde est à notre porte. Et ce sont l’esprit et le cœur qui sont bien petits, devant l’inconnu aux mains nues, devant l’étranger, tant de fois pillé, qui arrive les mains vides, cherchant le réconfort. » Il y confie que c’est « dans la maison des esclaves, sur l’île de Gorée, au large de Dakar » qu’il a lu « noir ou blanc, toutes les larmes sont salées », phrase-clé de la chanson éponyme de son album, Habiter la terre, lui-même inspiré du livre de 2017 de Christiane Taubira**.
 


Sur le métier, le bonhomme est un artisan. Des mots comme des mélodies. Jamais clinquantes, volontiers rythmées, celles-ci véhiculent des histoires de pays (La Ferme à Gaston), de perceptions saisonnières (Un Petit Air, Chronique du printemps) et surtout d’amour au quotidien sensible (du Pique-nique en couple à ses Petites Filles bien grandies, jusqu’au vide issu de proches disparus façon Y’a personne ou Chanson pour Marilyne). Après un texte dit, comme toujours sans effets d’outre manche (L’Homme qui voulait peindre la mer), Jofroi conclut l’ensemble par une reprise de son ami Julos Beaucarne (Le Petit Royaume), extrait de l’album Ils chantent Julos de 2008. Aux arrangements et à la direction musicale, sa fidèle complice Line Adam fait une fois de plus merveille. CQTC.

 

Notes

* Spectacle mis en scène par Alex Lutz et nommé aux Molières 2018 du meilleur « Seul en scène ». Album Comme Sagan (L’autre distribution). Reprise créative, Bye-Bye tristesse, en juillet 2019 au Théâtre La Luna d'Avignon.

** Nous habitons la terre, édition Philippe Rey. Album Habiter la terre (Production du Soleil / Distribution EPM-SOCADISC).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Stephan 28/09/2019 00:30

Hello Daniel, super blog! J'adore la chanson francaise - merci pour tous ces partages. J'ai decouvert cette artiste francaise dans les rues de Bruxelles. Qu'en pensez-vous?
https://youtu.be/Hm4K1vbJyFM
Stepham

Daniel Pantchenko 28/09/2019 12:18

Très sympa. Jolie voix. Merci pour vos appréciations sur mon blog, mais comme vous l'avez sans doute vu, j'y interviens très peu désormais, faute de temps. J'essaie d'en réserver un maximum pour mes proches et pour des activités personnelles, dont l'écriture de livres. Bien à vous. DP

Clipping Path 16/05/2019 05:36

Lovely blog. Thanks for sharing with us.This is so useful.

Daniel Pantchenko 28/09/2019 12:19

Merci beaucoup. DP