Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 11:16
Il y a cinq ans, en ouverture du dossier que Chorus (41) consacrait à Allain Leprest, j’écrivais : « Si la leprestmania ne déferle pas encore, c’est par surdité et aveuglement manifestes des médias ». Une superbe session de rattrapage leur est offerte avec la sortie de Chez Leprest, disque d’exception, hommage d’artistes d’une diversité étonnante à un prince populaire du verbe, un « ouvrier du rêve », comme disait Nougaro qui l’adorait.

ChezLeprest.jpg

La réussite tient ici à une alchimie d’apparence simple, mais rarement réalisée : mettre en valeur les mots  sans sacrifier la musique. Romain Didier, il est vrai, connaît son Leprest par cœur. Sans frime, son piano et ses arrangements font merveille, s’inscrivent dans le temps du classique, de l’inaltérable. Du coup, la voix si personnelle d’Olivia Ruiz mord formidablement le silence avec cette goûteuse incongruité, Tout c’qu’est dégueulasse (
« a un joli nom »), Daniel Lavoie tutoie l’émotion d’un lapidaire Nu, Jacques Higelin se remémore La Courneuve avec une intensité sobre exemplaire, Loïc Lantoine incarne impec le Mec de son pote Allain... et tout s’enclenche à l’avenant durant seize chansons, de Sanseverino au duo de l’auteur avec sa fille Fantine (Une valse pour rien), en passant par Mon côté punk, Michel Fugain, Nilda Fernandez, Hervé Vilard (belle surprise), Agnès Bihl, Jean Guidoni, Enzo Enzo, Jamait et Jehan. Fille, épouse, ami(e)s, tout le monde craque sur cet album produit et réalisé par Didier Pascalis de Tacet (distribution : L’Autre Distribution), déjà à l’œuvre avec Véronique Rivière, et bien sûr les précédents disques d’Allain Leprest et Romain Didier.

3-Voutes-Leprest.jpg
Hervé Vilard, Romain Didier et Allain Leprest, Fantine Leprest
(photos : Jean-Manuel Vignau)

Mercredi 5, lors d’une soirée de lancement de l'album aux Voûtes Saint-Honoré (une jolie cave parisienne qui accueille régulièrement de la chanson à découvrir), l’émotion était palpable. Autour d’Allain, beaucoup des artistes précités étaient là. D’autres aussi. De façon impromptue, accompagnés par l’incollable Romain Didier, certains ont chanté et des larmes ont fleuri, sur scène comme dans l’assistance. C’était Noël avant l’heure. Ce genre de moment de grâce qu’on n’oublie pas dans une vie. A ceci près, qu’encore une fois, hormis une douzaine de journalistes, il n’y avait pas grand monde des médias et personne de la télé. Tant pis, il leur reste l’essentiel, l’album à écouter et à diffuser. On peut toujours espérer...

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

lucie 18/12/2007 10:55

Merci pour ce bel article. Le disque a été bien chroniqué au niveau presse écrite (L'Huma, Marianne, Télérama, l'Express, le Figaro, etc) et la Fnac l'a mis en tête de gondole à Paris (il est souvent introuvable en province...).
Donc ça évolue....

Gabriel 11/12/2007 11:04

Salut,
il n'y a pas si longtemps, Catherine Ribeiro s'entendait répondre par des programmateurs que ce qu'elle faisait était remarquable, mais que les auditeurs.. Ce mépris des auditeurs conduit à la téléréalité, et les spectateurs en redemandent.. Cf Coluche "il suffirait que vous n'achetiez pas pour que ça ne se vende pas, vous n'êtes pas raisonnables..." Alors Leprest, peut être que tous les fans d'Olivia Ruiz, de Jamait, d'Higelin, d'Hervé Vilard, Sansévérino auront envie d'aller faire un tour Chez Leprest, c'est tout ce qu'on peut souhaiter..
Norbert Gabriel

Akim Nefud 10/12/2007 17:54

"Hormis une douzaine de journalistes, il n'y avait pas grand monde des médias"... Je comprends pas. Il faut combien de journalistes? deux douzaines, ce serait grand monde? Trois douzaines?

Daniel Pantchenko 11/12/2007 17:01

C'est vrai, la formule peut paraître étrange, mais parmi les journalistes, la plupart étaient des "fidèles" de Leprest et un auteur-compositeur-interprète de son importance mériterait bien plus et notamment que soient présents des gens de l'audio-visuel (à commencer par ceux du service public) quand on sait l'importance qu'ils ont dans la vente des disques. D'un autre côté, bien sûr, beaucoup de chanteurs aimeraient n'avoir "qu'une douzaine' de journalistes dans une soirée de ce genre !...