Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 11:27
C’est clair, tout marche de trader dans le système bancaire, bouillon d’anticulture, de compète à mort et de tue-l’amour. Rien de neuf. Joe Dassin connaissait les coupables et Michèle Bernard la solution universelle.

Allez, on vous dit tout. Le hold-up à 5 milliards d’euros, c’est un coup de La Bande à Bonnot. Dès 1968, sous la plume de Jean-Michel Rivat et Frank Thomas, Joe Dassin dénonçait les coupables et mouillait même le PDG de la banque (D. Bouton). Rappelez-vous :

« A la Société Générale
Une auto démarra et dans la terreur
La bande à Bonnot mit les voiles
Emportant la sacoche du garçon payeur
Dans la De Dion-Bouton qui cachait les voleurs
Octave comptait les gros billets et les valeurs
Avec Raymond-la-Science les bandits en auto
C'était la bande à Bonnot »

Blague à part, le K incriminé affirme avoir agi pour apparaître comme un « trader d’exception », plus performant que performant, en tout cas plus que les autres, dont plusieurs officieraient de la même façon. Ce que la banque laisserait faire tant que ça gagne. Jolie philosophie S.G. conjuguant sérail killers et pas-vu-pas-pris.

MicheleBernard.jpg
C’est donc tout un système, une conception de la vie que condamne ce genre de pratiques et d’affaires, à quelques mois du 40e anniversaire de mai 68, où quoiqu’on puisse en penser, d’autres valeurs avaient cours. L’occasion de vous offrir un « Je t’aime » de Michèle Bernard, superbe chanteuse qui ne sépare jamais conviction et tendresse, combat quotidien et amour. « On dit la bourse et la vie / Ben moi j’ai déjà choisi », affirme-t-elle simplement, elle, dont le dernier album de début 2006, Le Nez en l’air, s’ouvre sur un lumineux « Frangin frangine » : « Est-ce qu’on emporte au paradis / Les mots d’amour qu’on s’est pas dits ». Imparable, non ? CQTC.



Je t’aime - 2'38


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires