Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 23:46
Loin du folklore bouffon à la Kadhafi façon vivier barde lybien, not’ bon Président aurait-il plébiscité les conseils coquins d’Anne Sylvestre et négligé ceux du sage Georges Brassens ? Faites-vous une opinion en allant écouter la première et en retrouvant le second.

undefined

Pour fêter ses 50 ans de chansons (son « jubilé »), Anne Sylvestre a sorti cet  automne un album aux petits oignons (Bye mélanco) où elle suggère un « Gay marions-nous » qui « va pas plaire au Pape » (en écoute ici) et distille avec humour une fable dont notre agité en chef devrait s’imprégner : « Zen ».

De son côté, on le sait, dès 1957, Georges Brassens avait écrit la sublime « Marche nuptiale » (« Mariage d’amour, Mariage d’argent / J’ai vu se marier toutes sortes de gens »...), souvent reprise, au détail près qu'ici, Serge Lama est accompagné à la guitare par l’auteur lui-même.


 

Et le bon maître allait nous offrir un peu plus tard (1966) une autre merveille, montrant qu’il n’était pas prêt à se marier, ne fût-ce qu’une seule fois : « La non-demande en mariage ».


Un t’aime que la maligne Clarika a depuis joliment décliné à sa façon, dans son album Joker (2005) sous le titre explicite « Ne me demande pas » (c’est ici).


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires