Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 22:01
Incroyable, l’attachement aux choses matérielles qu’à notre chanoine de Président, si soucieux pourtant ces temps-ci de sauver nos âmes grâce à la foi chrétienne. Cette histoire de stylo m’a donné envie d’élever le niveau avec Claude Nougaro, Amélie-les-crayons et Hugues Aufray.


En 1997, dans son album L’Enfant phare, Claude Nougaro glisse une fantaisie savoureuse (musique d’Arnaud Dunoyer) qui avoue benoîtement : « J’ai perdu le Montblanc dans la neige / Il avait dû coûter bonbon ». En voici une version scénique, avec préambule du chef...

free music


Après tout, aussi prestigieux soit-il, il ne s’agit que d’un stylo et les amoureux de chansons se consoleront très vite en découvrant La Porte Plume, le nouvel album d’Amélie-les-crayons (foncez voir son spectacle, il est aux petits oignons !) et de retrouver l’Hugues Aufray des débuts dans « Les crayons de couleur » (co-écrit avec Pierre Delanoë, musique M. Barton), qui commence ainsi, rappelez-vous (la vidéo l’a un peu mangé) : « Un petit garçon est venu me voir tout à l'heure / Avec des crayons et du papier ». CQTC.


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Daniel Pantchenko 12/02/2008 09:22

Merci, Pol, d'avoir complété avec ce texte de Semal, beaucoup trop méconnu par chez nous et dont j'aurai tôt ou tard l'occasion de reparler. DP

Pol 11/02/2008 22:23

Bonsoir Daniel

Pour poursuivre dans l'élévation du débat, je voudrais rappeler que Claude Semal, superbe ACI de Belgique, a commis voici quelques années une ode quasi anachronique à cet outil si précieux.


Mon stylo

Les câblés de la planète
scotchés devant l’ordino
ont branché sur Internet (e)
leur libido
Mais plus je vois d’IBM (e)
se taper des Mackintos
et plus en retour moi j’aime
mon stylo

Dans l’divan du living-room (e)
qu’ils ont rebaptisé bureau
ils s’repassent sur CD-rom(e)
des jeux idiots
Puis ils effacent par mégarde
d’un geste un mois de boulot
et j’rigole quand ils regardent
mon stylo

Sous le plus humble prétexte
ils vous lasèrent illico
sur un traitement de texte
cinq ou six mots
alignés sur tablature
en corps gras en format quarto
il n’écrit pas sur facture
mon stylo

Pour trouver le mot qui dure
il n’pousse pas sur le dico
il n’apprend pas l’écriture
sur Nintendo
Il n’fait pas d’littérature
à la colle et aux ciseaux
il préfère les signatures
mon stylo

52 mégabazars et
Tout’s ces mémoires à gogo
ça vaut pas l’jus noir d’un café
et d’un mégot
Faut pas quatre-vingt-cinq touches
pour flinguer tous les salauds
il n’a jamais qu’une cartouche
mon stylo

Ces polices et ces icônes
sont-ce des flics des bigots
qui leur ont mis ces fibromes
dans l’ciboulot ?
Contre toutes les impostures
avec Voltaire avec Charlot
il pense avec des ratures
mon stylo

Quand ces gros culs sur la table
pèsent moins de six kilos
ils les appellent des portables
les salauds
Moi j’perds jamais mon programme
et j’emmerde les dactylos
il pèse quarante-et-un grammes
mon stylo

Il peut me curer l’oreille
et même me gratter le dos
Essayez de faire pareil
à l’ordino!
gardez vos cybermachines
Je prendrai sur mon radeau
naufragé en Mer de Chine
mon stylo

Qui donc voudrait qu’on l’enterre
avec un vieux Mackinto
Ça supporte pas la poussière
ces animaux
Quand je passerai l’arme à gauche
glissez donc incognito
contre mon coeur dans ma poche
mon stylo