Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 00:26
Vers Bissextils, c’était le titre de l’album de Pierre Louki en 1996. Alors autant saisir ce 29 février pour le saluer, lui qui nous a quittés depuis un peu plus d’un an déjà. Brassens disait : « En même temps qu’une amitié solide et sans fioriture, je nourris pour Pierre Louki une admiration qui ne cesse de croître au fil des ans. »

Drôle de non-chanteur, ce Pierrot-là ! Horloger d’origine, féru de course à pied qui s’acoquinera avec les pointures du moment (Michel Jazy et Jean Wadoux), il a d’abord proposé des chansons à quelques artistes prometteurs nommés Marcel Amont, Jean Ferrat, Juliette Gréco, Cora Vaucaire, Catherine Sauvage, Isabelle Aubret, Annie Cordy... et une certaine Lucette Raillat qui obtiendra un joli succès en 1954 avec « La Môme au boutons ». Brassens, lui, adorait « Mes copains », sorti sur le premier 25 cm de Louki en 1960.



Si ses chansons les plus connues restent sans doute « Les Sardines » et « En triant des lentilles », Pierre Louki en a écrites une flopée d’admirables, tant dans l’humour volontiers absurde virant parfois à la farce (« Vol du Concorde », « Les Frelons », « La Boulangère », « Au mariage des Levon-Lecu ») que dans une désillusion mouillée de tendresse à moins que ce ne soit l’inverse (« Les Cimetières militaires », « Sur l’arbre mort », « Qui viendra me dire bonsoir ? », « Biographie », « Boby »...).
Dix ans après la mort de Brassens, en 1991, il ouvrira son album Retrouvailles par un inimitable « Allo, viens, je m’emmerde », qui commence ainsi :

« Allô, viens, je m’emmerde,

Si t’as du temps à perdre,
Viens donc t’emmerder avec moi.
Cet appel laconique
Qui peut sembler comique
M’a souvent mis le cœur en joie »

Louki.jpg En 2004, Pierre Louki (site ici) a enregistré un ultime album (Saravah) au titre prémonitoire (Salut la compagnie), deux ans seulement avant de tirer sa révérence, le 21 décembre 2006. Il avait officiellement 80 ans, étant né en juin 1926, c’est-à-dire cinq ans après son copain Brassens, d’octobre 1921. Or, il aurait un jour confié à ses musiciens qu’il était né en réalité cinq ans plus tôt, donc quelques mois avant le Sétois ; le quiproquo provenant d’une erreur biographique dans un de ses premiers programmes, erreur qu’il n’aurait jamais voulu rectifier du vivant de Brassens, persuadé d’être le plus âgé des deux. Une délicatesse bien dans l’esprit de Louki, que l’anecdote soit fondée ou non...


Le 18 avril 1983, je l’avais interviewé lors d’un déjeuner en compagnie de l’attachée de presse Jocelyne Bodo. Il venait de sortir un 30 cm chez Philips, Chansons quand même... et se préparait à passer à Paris, dans la petite salle du Théâtre des Mathurins. Après six ans d’absence phonographique, beaucoup de ses chansons, inédites ou non, étaient donc inconnues d’une grande partie du public…


Pierre Louki (interview DP, 1983) - 3'47


En 1997, Pierre Louki avait rencontré une jeune chanteuse, Claire Elzière, qui allait créer un spectacle autour de ses chansons en 2002 et enregistrer un album complet en 2003, chez Saravah. « Pluies » qu’elle interprète en duo avec lui est extrait de l’album Salut la compagnie de 2004, où ils ont gravé un second duo, « Désillusions ».
 


Pierre Louki avec Claire Elzière - Pluies - 2’43

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Dupdup 04/10/2011 14:09



Contrairement à ce que dit cet article, Pierre Louki était plus âgé que Brassens, il était né en 1920. Louki a toujours entretenu le flou sur ce sujet. J'ai été proche de lui dans les dernières
années (j'ai même joué chez lui sur la guitare que lui avait offerte Brassens, celle qui a fait Bobino 72). Même si le bruit courait qu'il était né en 1920, je n'ai pas osé en discuter avec lui.
Mais en recoupant les infos qu'il m'a dites sur sa vie (et notamment sur le fait qu'il était soldat en haute-Saône lorsque la guerre s'est déclarée et sur le fait qu'il avait fait l'école
d'horlogerie à Besançon en même temps que mon beau-père né en 1921), j'en avais conclu qu'effectivement il était plutôt né en 1920 qu'en 1926. Et je dois dire que j'étais à la cérémonie d'adieu
de Pierre dans ce triste cimetière de l'Yonne. Sur le cercueil qui est descendu dans le caveau, il y avait gravé ces mots "Pierre Varenne 1920-1986" (Pierre Varenne était son nom véritable"). Sa
biographie officielle dit qu'il est né le 25 juillet 1920.



Daniel Pantchenko 04/10/2011 16:00



Merci cher Monsieur pour ces précisions, mais à l'inverse de ce que vous écrivez, je n'ai pas dit que Pierre Louki n'était pas "plus âgé que Brassens". J'ai même évoqué la "vérité" que m'avait
confiée un jour son guitariste du moment, et je salue la "délicatesse" naturelle de Pierre à l'égard de son ami Georges, que cette précision "soit fondée ou non". Pierre entretenait effectivement
"le flou" à ce sujet, et si vous parcourez un tant soit peu ce blog, vous comprendrez que ce qui m'importe, c'est d'abord l'œuvre des artistes. Même si bien entendu, je vérifie au maximum mes
informations et si l'erreur est toujours regrettable...