Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 15:22
Après la mort des deux derniers poilus, Lazare Ponticelli et Louis de Cazenave (ce dernier « pacifiste forcené » et « toujours mis en colère » par les honneurs), un petit salut en chansons s’imposait, le Père Georges en tête.

Sur cette période de grande boucherie humaine, on pourrait citer des dizaines de complaintes à commencer par « La Chanson de Craonne » (« C’est à Craonne / Sur le plateau / Qu’on doit laisser sa peau / Car nous sommes tous condamnés / Nous sommes les sacrifiés ») et « La Butte rouge » (« La Butt’ Roug’ c’est son nom, l’baptêm’ s’fit un matin / Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin… / Aujourd’hui y’a des vign’s, il y pouss’ du raisin / Qui boit de ce vin-là boit les larm’s des copains »). Anonyme la première fut imprimée initialement dans un ouvrage de 1919 de Raymond Lefebvre et Paul Vaillant-Couturier ; la seconde fut déposée à la Sacem le 24 octobre 1923 par Montéhus (source ci-dessous).

Debronckart.jpgMoins connu et quasiment occulté pendant 30 ans, « Mutins de 1917 » de Jacques Debronckart date de 1967 et se termine ainsi : « L'Histoir' vous a jetés dans ses égouts / Cachant sous les flots de ses Marseillaise / Qu'un' bonne moitié de l'armée française / Brûlait de faire comme vous / Un jour, sortirez-vous des oubliettes ? / Un jour verrons-nous gagner votre cause ? / J'en doute, à voir le train où vont les choses / Mutins de mil neuf cent dix-sept ».


free music


C’était cinq ans après la fin de la guerre d’Algérie, et peut-être pour contourner la censure, Georges Brassens maniait ainsi l’humour de main de maître avec « La Guerre de 14-18 ».

 
Mouches.jpg
Plus récemment (en 1996), le Landais Jean Mouchès nous offrait un disque en bois d’arbre (le boîtier était en pin de la région), La Malédiction du caméléon, où figurait « La Ballade du Néandertal », une petite merveille savoureusement grave soulignant l’inlassable inventivité de l’homme pour la
tentation grégaire. CQTC.


Jean Mouchès – La Ballade du Néandertal - 2’58

Source :
Florilège de la chanson révolutionnaire de 1789 au Front Populaire, par Robert Brécy (Editions Hier et Demain, 1978).

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires