Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 12:30

Dix ans après son premier disque La Terre est blonde, Agnès Bihl propose une « édition limitée » de cinq titres en live, dont trois inédits (Banco Music). Dans le même temps en scène ou à la télévision, elle dévoile quelques chansons de son futur album… de bonnes nouvelles qu’elle interprètera demain mardi 13 décembre (et mardi 20) en compagnie de la pianiste-chanteuse Dorothée Daniel, au Zèbre de Belleville.

CD-Bihl-350.jpg

 

« Blond minois, grande gueule et coeur tendre sur timbre acidulé, Agnès Bihl a imposé en moins de deux ans un talent de plume et une jubilation scénique rares. Elle aborde aujourd'hui des salles plus importantes, à sa (dé)mesure... »  écrivais-je en mars 2000 dans Chorus. Depuis La p’tite Bihl a grandi, progressé, élargi sa palette, mais rien cédé sur le fond. Bien au contraire. Fan de Brassens, Brel et Renaud, c’est en découvrant Allain Leprest au cabaret libertaire parisien La folie en tête qu’elle a décidé à vingt-trois ans de chanter. Comme Anne Sylvestre, pareillement ex futur prof de Lettres, qui dira bientôt d’elle : « Elle manie les mots comme des couteaux, elle envoie ses sourires comme des grenades ». Ça donne L’enceinte vierge, Viol au vent ou La Fleur du large dans le premier album, 13 ans, À ton mariage ou le poignant Merci maman merci papa, dans le deuxième.

 

 

Entre premières parties d’Aznavour au Palais des congrès, festivals divers et petites salles, Agnès Bihl a persisté et signé, la chanson éponyme d’ouverture du CD suivant de 2007 (année électorale), Demandez le programme, s’attaquant d’emblée à notre si libérale société : « On est en République / Ou au Salon du flic ? ». Une société où les femmes dégustent encore plus qu’à leur tour, ce qui dans le droit fil de son amie Sylvestre inspire d’abord Agnès, avec ce mélange permanent d’attentive tendresse (La petite sirène, Touche pas à mon corps) et d’humour irrésistible (La complainte de la mère parfaite). En 2009, le titre même du quatrième opus Rêve général(e) donne le ton, Mamie les cheveux mauves ou Je pleure tu pleures il pleut côté émotion, la farce épicée s’appelant Gueule de bois ou No flouze blues. Aujourd’hui, dans le même esprit, le cinq titres de l’édition limitée offre trois inédits (Bla bla bla, Le rendez-vous manqué, Son mec à moi), dans une période de transition dont Agnès nous parle, plus nature que jamais…

 


En scène, elle glisse encore quelques jolies surprises, à l’image de cette chanson d’amour dédiée à sa mère, qu’elle a chanté aussi bien dans le dénuement technique de l’intimité d’une bibliothèque parisienne (cf. vidéo ci-dessus) que sur le plateau télévisuel de Vivement Dimanche. CQTC

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Melocoton 13/12/2011 15:28


Bonjour,


 


J’adore Agnès Bihl depuis le jour, déjà lointain, où je découvrais
« L’enceinte vierge » et où se manifestait l’urgence de me procurer son premier album. Belle découverte également, lorsque j’ai pu la voir sur scène lors d'un festival « Mars en
chansons » en 2006. Si j’avais été un peu déçu par son premier passage chez Drucker où elle avait été invitée par Charles Aznavour j’ai par contre vraiment apprécié sa prestation lors
du « vivement dimanche » consacré à Guy Bedos.


 


Bien cordialement,

talent-zik 12/12/2011 19:06


Excellent!


Connaissez vous ce jeune artiste?



http://talent-zik.over-blog.com/article-stephan-rizon-92105503.html



Cordialement.

Daniel Pantchenko 15/12/2011 09:12



Je ne le connaissais pas, je suis allé jeter une oreille et il est vrai qu'il a une voix étonnante et semble-t-il une personnalité du même tonneau. Ceci étant, il chante en anglais, et si de
votre côté, vous avez un tant soi peu survolé ce blog, vous vous êtes sans doute rendu compte que je défends d'abord et avant tout la chanson française. Et si je suis sensible à la musique, je
tiens le texte pour essentiel, bref, au moins à égalité avec elle.


Par ailleurs, c'est clairement annoncé, ce blog n'a pas vocation à rendre compte de disques ou de spectacles ou à faire des portraits, même si à certains moments - comme actuellement - c'est le
cas, il vise d'abord à montrer comment la chanson française raconte l'Histoire, témoigne de la vie sociale et culturelle d'une époque. Bonne chance néanmoins à Stéphan Rizan et bonne journée à
vous...