Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 23:45

Mardi 13 mars, ultime salut à l’ami Claude Vinci, deux ans jour pour jour après le décès de Jean Ferrat. Deux artistes passionnés de chanson et de poésie, deux hommes chaleureux et intègres qui ont partagé tant de luttes et d’espérances. En la vie, en la jeunesse aussi. La jeunesse qui prend soudain le relais magnifique par la détermination, l’intelligence et la dignité poignante d’une petite Alma d’au-delà des âges. Dix minutes d’humanité façon « Indignez-vous » d’un autre « jeune », dix petites minutes (non, ce n’est pas long !) de beauté rare.

 

 

En 1965, Jean Ferrat chantait d’ailleurs La Jeunesse, sur un texte de Georges Coulonges.

 

 

Il chantait également, un titre déjà présent sur ce blog, En groupe en ligue en procession, et c’est lors d’une manif (des années 80 ?) que j’ai photographié Claude Vinci et Francesca Solleville. Le court document audio que j’ajoute date de septembre 2010 ; pour la sortie de ma biographie de Jean Ferrat, j’avais organisé une petite présentation publique en invitant les personnes qui m’avaient confié leur témoignage. Et Claude m’a laissé sur mon répondeur téléphonique ce message que je ne suis pas près d’oublier. Parole de « Panpan », comme il m’a encore appelé, la dernière fois que je l’ai vu, il y a trois semaines…

 

Vinci-Francesca.jpg

 

Claude Vinci à DP (30/09/2010) - 1’29


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Danièle Deny 19/03/2012 17:44


Pour Claude,
 
 En compagnie de plusieurs amis de l'Association "Autour de Patrick Deny" dont tu étais membre d'honneur (tu deviendras membre posthume au même titre que notre ami Bilbille),
nous sommes venus te faire un dernier signe amical au Père Lachaise. Pour ma part, j'aurais préféré une rencontre autour d'un verre, croisé ton regard clair d'enfant, entendre ta
voix, "écouter" ta révolte souvent partagée par Patrick qui parlait  de toi avec beaucoup de tendresse et de respect pour l'homme que tu étais.
Je n'ai pas oublié ton témoignage dans la revue Plateaux d'avril 1991 pour Maurice Fanon et Patrick, pas plus que je n'ai oublié ton soutien à la création de
notre association et nous te devions bien cet ultime au-revoir.
 Ah, bougre d'homme,  tu vas nous manquer !
 
 Danièle Deny - le 19 mars

Melocoton 15/03/2012 08:41


Deux choses qui m’interpellent dans le discours (plein d’humanité
et de sensibilité) d’Alma


 


- le système a été mis en place et approuvé par ceux qui en sont
les victimes. Ces femmes dont elle parle, quel regard ont-elles jeté sur la vieillesse au temps de leur splendeur ? On constate que faute d’être rentable, on ferme de plus en plus de homes
et senioreries, ce qui veut dire qu’a terme les personnes âgées finiront leur vie dans les services gériatriques des hôpitaux et là…


 


- n’y a-t-il pas un second combat à mener pour conquérir le droit
individuel de choisir de mourir dans la dignité ?  Nous avons la chance, en Belgique, d’avoir obtenu ce droit mais il ne faut surtout pas le
considérer comme acquis car il  est constamment remis en cause par les catholiques qui veulent à tout pris imposer leur conception de la société. De
plus, comme le choix du patient n’est pas toujours respecté, même en nous entourant d’un luxe de précautions nous ne sommes finalement assurés de rien.

Daniel Pantchenko 17/03/2012 13:12



Tout à fait d'accord sur la vigilance nécessaire, mais avec l'exemple de cette jeune fille lumineuse, j'ai surtout voulu ici allier hommages et passage symbolique de relais. Amicalement.