Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 14:56

Lendemain défaite. Quand le vote fleure le veto. Hollande, ô désespoir, ô promesses ennemies ! Autant sourire En attendant des jours pires, puisque c’est La Bérésina, comme diraient Pascal Mathieu et Pierret Perret. À moins que ce soit « le coup de pied de l’âne » auquel littérature et chanson rendent ici hommage, entre Albert Cossery, Philippe Forcioli, Jofroi et Nicolas Bacchus. Avec, au passage, un plongeon électoral dans le Midi Libre (16/03) et une commune du Gard...



 

autrement dit...

 

 

 

Concoules.jpg

 

En 1955, Albert Cossery (écrivain né au Caire en 1913 et décédé à Paris en 2008) publiait Mendiants et orgueilleux, son plus célèbre roman. Il a cosigné avec Georges Moustaki et Jacques Poitrenaud le scénario du film éponyme sorti en 1972. La chanson du même nom de l’ami Jo commence ainsi :


À regarder le monde s'agiter et paraître
En habit d'imposture et de supercherie
On peut être mendiant et orgueilleux de l'être
Porter ses guenilles sans en être appauvri


 

Mendiants-Cossery.jpg

 

Dés le début de ce magnifique roman (il vient d’être réédité aux Éditions Joëlle Losfeld), un personnage évoque une espèce de Concoules de son pays : « Cela s’est passé il y a quelques temps dans un petit village de Basse-Égypte, pendant les élections pour le maire. Quand les employés du gouvernement ouvrirent les ruines, ils s’aperçurent que la majorité des bulletins de vote portaient le nom de Barghout. Les employés du gouvernement ne connaissaient pas ce nom-là ; il n’était sur la liste d’aucun parti. Affolés, ils allèrent aux renseignements et furent sidérés d’apprendre que Barghout était le nom d’un âne très estimé pour sa sagesse dans tout le village. Presque tous les habitants avaient voté pour lui. […] Le comportement de ces paysans perdus au fond de leur village était le témoignage réconfortant  sans lequel la vie deviendrait impossible. » Néanmoins ledit Barghout ne fut pas élu : « Tu penses bien, un âne à quatre pattes ! Ce qu’ils voulaient, en haut lieu, c’était un âne à deux pattes. » Un noble animal qui a inspiré bien d’autres hommages chansonniers, tels Chic ! un âne (Philippe Forcioli, 2000), Chapeau bas (Jofroi**, 1999) et Le Petit Âne gris will rock you (Nicolas Bacchus, 1999). CQTC


 

Philippe Forcioli - Chic ! un âne



Jofroi – Chapeau bas - 3’41



Nicolas Bacchus - Le Petit Âne gris will rock you

 

* Emprunté à Claude Nougaro (Assez, 1980)

** Le lundi 7 avril au Vingtième Théâtre (7 rue des Plâtrières, 75020 Paris - 01 48 65 97 90).


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires