Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:47

 

Les 20 et 21 novembre derniers, selon sa propre expression, Yvan Dautin « faisait le Zèbre » ; celui de Belleville, une salle parisienne aussi habitée qu’intime, où d’autres font aussi du cirque. Quatre ans après l’enregistrement public de Ne pense plus, dépense, il présentait son nouvel album studio, Un monde à part, en compagnie d’Angelo Zurzolo (piano), Gilles Bioteau (contrebasse / basse électrique) et Didier Guazzo (batterie).

 

Dautin-CD.jpg

 

Un nouveau disque d’Yvan Dautin, cela fait chaud au cœur, cette voix, qui (comme le note avec justesse Laurent Gharibian dans le dossier de presse) « distille un propos doux amer où la désespérante lucidité laisse transparaître… la tendresse et l’amour de la vie ». On y retrouve On est de ce pays, déjà présent dans l’album public précédent (et dans celui de Francesca Solleville, Je déménage, de 2009), tant le « pessimiste gai » des années 70/80 accuse le mauvais air du temps.

 

Yvan Dautin à DP - 11/12/2012 - 1'40
   

Avec Élie Maalouf au piano

 

Produit par Pascal Laborie d’Amja Productions, percussionniste de formation et directeur du défunt L’autrement café d’Angers, ce disque reprend également Le Cœur des sourds et La Femme battue, passant du seul piano d’Élie Maalouf à l’excellent apport des trois acolytes de scène (+ le guitariste Thierry Garcia), d’un quatuor à cordes et de cuivres, dans des arrangements du vieux complice Angelo Zurzolo, compositeur de plusieurs des mélodies. Avec sa concision d’écriture, son jeu sur les mots au scalpel, Dautin est sans doute l’un de ceux qui chante le mieux la meurtrissure ordinaire des femmes dans notre société, des Maman bouche cousue et autre Mal mariée d’hier à La Dame Cendrillon et La Femme battue d’aujourd’hui. Comme dirait Anne Sylvestre, c’est « juste une femme ». C’est juste poignant.

 

Yvan Dautin à DP - 11/12/2012 - 2'08

 

Avec Élie Maalouf au piano

 

Si l’humour est « la politesse du désespoir », Yvan Dautin en manque de moins en moins à travers ce disque rouge, gris et noir, où « Tout va mal tout va mal / Surtout ne changeons rien », où « Cette vie ne vaut rien / Pas un pet de lapin », mais où en citoyen zélé du « parti des oiseaux », il reste « d’un monde à vivre / Pour un monde meilleur …/… Sur la carte du tendre / Même au bord de l’hiver ». Un très beau disque, certes âpre au goût du temps présent, mais dans la continuité de la superbe  Malmariée de 1975 et de ce cette vidéo de l’année suivante, que je vous suggère en bonus. CQTC.

 

 

 

 

Bonus (cliquer sur la légende):

Dautin-bonusINA.jpg

INA – Le temps d’un revoir, Yvan Dautin - 8/10/1976

Production France Régions 3 Rennes (12min59)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires