Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 22:10

Si ces derniers mois j’ai beaucoup eu recours ici à Jean Ferrat, c’est d’abord parce que je l’aime profondément, qu’il a toujours été le chanteur qui me touche le plus, avec lequel je me trouve en accord maximal, tant sur la forme que sur le fond, et parce que je terminais cette biographie qui m’aura pris près de deux ans et demi. Elle sort le 1er octobre chez Fayard et s’intitule Je ne chante pas pour passer le temps, titre d’une chanson de Jean de 1965, dans l’album de Potemkine.

 

couvFerrat

 

Comme lui, qui chante « Il se peut que je vous déplaise / En peignant la réalité / Mais si j’en prends trop à mon aise / Je n’ai pas à m’en excuser », je tiens la chanson française pour un art populaire des plus nobles, un véhicule exceptionnel des sentiments, un marqueur simultané de notre Histoire et de nos histoires personnelles. Dans ce livre documenté (plus de 570 pages), j’ai voulu montrer la cohérence profonde d’une carrière, d’une œuvre et d’une vie, en m’attachant à donner la parole à celui qui restera, après Brassens, Brel et Ferré, l’un des derniers « grands » de la chanson et son défenseur inlassable. En contrepoint, différentes personnalités ont apporté leurs témoignages, souvent inédits.

 

 

Marianne2-copie-1.jpgCe samedi 25 septembre, l’hebdomadaire  Marianne en a publié six « bonnes feuilles », précédées d’un article de Maurice Szafran, La France de Jean Ferrat. Après avoir rappelé le talent de l’artiste, son goût de la poésie et de la vie l’intégrité et la sincérité de ses engagements, et bien sûr, l’émotion populaire extraordinaire suscitée par sa mort, le directeur de la publication du magazine écrit : « Voilà tout ce que nous rappelle, et tant d’autres choses, le journaliste Daniel Pantchenko, dans cette biographie somme de Jean Ferrat, Je ne chante pas pour passer le temps, que nous étions nombreux à guetter. Ferrat ne nous manque pas. Nous écoutons souvent ses chansons. Et nous disposons désormais de ce livre. » 


Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Mitsuko 15/02/2014 08:46


Merci à toi, mon cher ami.


Merci pour ce beau, c'est magnifique et très émouvants.


J'adore ... C'est vraiment très beaux ...


Merci, merci, merci. Bisous, bisous.


Ton amie sincère, Mitsuko ....

tenenbaum clarisse 18/11/2010 10:29


Je connaissait l'homme,l'oncle, le chanteur,mais ton livre m'a fait découvrir l'homme engagé.Tu as retracé aussi toute mon "Histoire"au travers des positions politiques de Jean.
Merci Daniel pour ton livre très bien documenté et très émouvant pour qui a suivi tout le parcours, de la petite fille des débuts à la femme mûre des derniers instants. Je savais mon oncle
courageux,merci de me l'avoir démontré.


Daniel Pantchenko 18/11/2010 12:11



Merci Clarisse. Ces quelques mots me touchent évidemment beaucoup. Comme je l'ai écrit en "avant-propos", Jean a toujours été le chanteur dont je me sentais le plus proche, tant au plan de
l'artiste que de l'homme, de la création que des idées ; et j'ai essayé de donner le meilleur de moi-même dans ce livre. Les "retours" émouvants comme le tien me sont d'autant plus précieux.