Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. « Léo Ferré sur le Boulevard du Crime » en 2016. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 08:03

Mauvais polar, sortie de route à la Buñuel… Que depuis hier matin les médias se repaissent de l’inculpation de DSK, entre Du Sensationnel Kafkaïen, Dieu Soudain Kapout et De Singulières Kasseroles, rien de plus logique dans un système où la course au scoop, à la com et à l’image-choc écrasent tout, à commencer par le journalisme et l’intangible principe hexagonal de présomption d’innocence. Je trouve pour ma part beaucoup plus triste la surenchère spéculative des « amis » de nos Facebook, réflexions dérisoires dignes du café du commerce, voire du « lycée Papillon ». L’occasion, au moins, d’écouter cette chanson de Georgius (1936, musique de Juel)…

AulyceePapillon.png

 

Certes, « on ne prête qu’aux riches » (et il l’est, le gaillard), mais laissons un minimum de temps à l’enquête pour établir les faits ; en ce qui concerne l’avenir des Français, l’élection présidentielle, c’est une autre paire de manches. Nous sommes quelques un(e)s à penser qu’entre un DSK et « le peuple », il y a toujours eu un hiatus, un fossé fondamental, un monde. Ou plutôt deux. Son éjection vraissemblable de la campagne, quelle importance ? C’est le fond qui compte d’abord, pas le candidat. Vous trouvez cela utopique ? Vous avez raison, mais l’utopie n’est-elle pas nécessaire si l’on veut vraiment changer la vie, même si l’on a par instant tendance à baisser les bras. Intègre insoupçonnable, lui, plébiscité post mortem par une incroyable émotion populaire, Jean Ferrat le rappelle ici à travers Aragon, l’espace magnifique d’Un jour, un jour. CQTC.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

choupetchoupette 17/05/2011 22:59



Nous sommes bien d'accord. UNIQUE.



Françoise niel Aubin. 17/05/2011 06:09



 Et oui, la qualité, c'ets inoxidable...



HOLOD 17/05/2011 01:03



Ah ! Ferrat, Ferrat, Ferrat !



Françoise niel Aubin. 16/05/2011 10:38



 "Pouvoir changer le monde", en effet, qui n'ya pas souvent rêvé... mais qui en rêve le plus, les politiques, ou les artistes... les deux, je crois; mais je crois plus au pouvoir des
artistes, et il me faut admettre que les politiques, eux, son necessaires.


  Alors, ne les salissons pas tant que rien n'est avéré.


 mais sais tu pourquoi les femmes sont moins en cline à faire d ela politique que les hommes ?


 Et bien c'est parce qu'elles choisissent d'être plus efficaces, quitte à mettre leurs egos en sourdine.


 Mais revenons à nos volatiles.


 est ce que tu sais que "changer le monde", ça ne fait m^me pas peur à une pettie hirondelle ?  et bien à plus forte raison si elle travaillee n groupe; il parait qu'elle peut être d'un
efficacité absolument redoutable; tu sais, la version "souleverdesmontagnes". incroyable, à quel point ellee st capable de se demener, celle là....


Mais surtout, "en couple", alors, là, c'est "d'enfer".


 Et bravo pour le festival de "khan", bien vu !


 Tu vois ! c'est pour ça que je t'aime !