Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chansons que tout cela... (CQTC)
  • : Au cœur et autour de la chanson francophone, encore si méprisée des gens de pouvoir et de médias, alors qu'elle est vivante comme jamais au quotidien et dans l'Histoire en marche...
  • Contact

Profil

  • Daniel Pantchenko
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...
  • Journaliste, surtout au trimestriel Chorus. Auteur de biographies : Charles Aznavour en 2006 (avec Marc Robine), Jean Ferrat en 2010, Anne Sylvestre en 2012, Serge Reggiani en 2014. Intervenant sur la chanson : formation, stage, conférences, rencontres-débats...

Recherche

27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 09:28

Pour terminer cette semaine sur Jean Ferrat (mais d’autres chansons apparaîtront bien sûr régulièrement sur ce blog), clin d’œil à l’un de ses meilleurs auteurs, Henri Gougaud, et apothéose avec Christine Sèvres, femme et chanteuse exceptionnelle avec laquelle Ferrat vécut pendant plus de vingt ans. En duo avec elle, voici donc La Matinée, paru en mars 1969 sur l’album de Ma France et Au Printemps de quoi rêvais-tu ?, sur un texte magnifique de Gougaud, qui a dit à propos de cet enregistrement : « Quand elle démarre la chanson a cappella, sa voix déjà emporte tout ! » (La vidéo est extraite de l’émission Discorama de l’irremplaçable Denise Glaser, du 29 juin 1969).

 

 

Gougaud concevra le spectacle Chansons pour la ville, chansons pour la vie, pour la première partie de la dernière scène parisienne de Ferrat, en octobre 1972 au Palais des Sports ; auteur à la fibre poétique rêvant obstinément à un monde meilleur, il a commencé à travailler avec Jean après son retour de Cuba, en 1967, où il chantera Cuba si et cet Au point du jour ciselé à vers cours, où se succèdent des notations contrastées de la vie quotidienne, entre regard tendre vers la beauté de la femme « nue comme une cerise », la vie qui reprend son cours et le fil de la radio, la réalité cruelle « des bombes… dans le lointain » qui chahute la conscience.

 

 

Pour Christine Sèvres, qu’il a rencontrée en 1958 et épousée en 1961, Jean Ferrat n’écrira véritablement qu’une chanson (texte et musique), mais une pure merveille, Tu es venu. Considérée par nombre de ses pairs comme « la plus grande » dans les cabarets parisiens de la « rive gauche », Christine enregistrera cette chanson dans le disque qui aurait dû la faire « décoller », mais qui sortit au plus mauvais moment, le 10 mai 1968. « C’était difficile pour elle de trouver des chansons qui lui aillent, confiera Jean Ferrat. J’ai essayé de lui écrire quelque chose. J’ai pensé à elle, à sa vie. » Ainsi, la brisure intérieure perce dans chaque couplet (dans des vers parfois « aragoniens » où l’on croirait voir Louis écrire pour une Elsa tourmentée) et met en valeur la rencontre avec l’autre, le vrai et grand amour qui rend tout « possible ». Christine Sèvres est décédée le 1er novembre 1981. Cette vidéo en offre quelques images et suggère en partie son environnement et celui de Ferrat.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Daniel Pantchenko - dans Chanson
commenter cet article

commentaires

Michel Frenc 20/05/2010 16:32


Christine était la plus grande interprète de la deuxième partie du 20me siècle ! nous étions amis dans le métier. Notre dernière recontre était à Antraigus en1966.


Thierry 24/04/2010 16:50


Henri Gougaud m'a dit un jour que Christine Sèvres n'était qu'à demi contente de l'enregistrement de "La matinée", dont elle aurait préféré chanter la partie que chante jean Ferrat... Je viens de
poster sur Youtube quelques enregistrements de Christine Sèvres extraits de ses albums non repris en cd. Amicalement.


Marcozeblog 28/03/2010 19:07


Merci pour 'Tu es venu' que je ne connaissais pas. Quel beau timbre de voix. Jean Ferrat me rappelle mon enfance car ma mère l'écoutait... J'ai eu l'occasion de le découvrir mieux récemment
forcément ...


Daniel Pantchenko 28/03/2010 23:25


Pour moi, cette chanson est une merveille du genre. Je l'ai entendue pour la première fois sur France Inter (qui devait s'appeler Paris Inter), dans une émission qui s'appelait "Ne les laissez pas
échapper !" ou quelque chose comme ça. Et je ne l'ai jamais oubliée... Tous les artistes que j'ai encontrés et qui ont vu chanter Christine Sèvres en gardent un souvenir ébloui. J'aurais l'occasion
d'y revenir sur ce blog, et bien sûr aussi sur Jean Ferrat...


Melocoton 27/03/2010 10:54


Quelques beaux titres extraits de l’album éponyme de Christine Sèvres en écoute à cette adresse :
http://forum.muzika.fr/read.php?2,570352,784111#msg-784111